21 janvier 2016

Les menthes et la Menthe

 

 

Les plus célèbres  de ces plantes de la famille des Lamiacées, comme la sauge, la lavande sont les menthes poivrées et vertes  et même les botanistes ne savent plus trop qui a engendré qui, on compte nombre d'hybrides, une armée de rejetons, des crépues, des aquatiques, des qui se promènent dans les champs, des toutes petites corses trapues et sauvages , des à odeur de chocolat, d'ananas, et de bergamote mon aimante, ma menthe que j'aime et utilise préférentiellement sous forme d'huile essentielle pour sa joie de vivre toute en douceur, pour ses vertus faites de force aimable, de féminité fleurie et bien sur à l'égal des autres menthes pour ses caresses soignantes de la sphère digestive.

Lors d'un de mes séjours ardéchois j'ai enfin pu acheter un plant de menthe bergamote ( mentha citrata L) chez l'un de ces indispensables, estimables et inestimables producteurs de simples. Vous n'imaginez pas comme je me suis confondue en remerciements tant cette plante est un concentré de joie qui me bouleverse littéralement. Au premier abord, son parfum semble futile pour monter en puissance de force sereine, juste très sûre de sa volonté  et vertus guérisseuses.

 

IMG_20160110_115829IMG_20160106_113805

 

 

Vite replantée dans une jardinière sur mon rebord de fenêtre parisien, elle s'est enracinée coriace et vorace, répandant aux plus chaudes journées son parfum affolant et pétillant.

Elle est encore bien présente  en ce moment à la grâce de cet hiver si doux et, parce qu'elle subit malgré tout mes bons soins la pollution parisienne, je la récolte pour juguler un peu son expansion, pour parfumer de sa pétillance ma maison et participer à ma manière au butinage des abeilles parisiennes.

  • Simple comme ses joyeux bon jours, il suffit d'un bain marie, d'un panier vapeur chinois dans lequel on met la plante et vogue sur cette chaleur verte dansante et équilibrante pour parfumer, désodoriser, énergétiser ma maison et ses habitants.

Il y a un temps certain et un certain temps que j'apprécie cette menthe bergamote et plus particulièrement son huile essentielle.

Jusqu'à ce jour, je n'ai encore pas trouvé son hydrolat sur le marché et je lance un appel aux producteurs et distillateurs et revendeurs amoureux de leurs plantes pour une plus grande visibilité de cette menthe et son hydrolat et son huile essentielle dans les boutiques biologiques.

Bien avant de lire le très précieux livre de Monika Werner et Ruth Von Braunschweig , c'est en humant la plante toujours sur les marchés ardéchois que son parfum floral ,primesautier, totalement décrispant et apte à dérider le plus rabat-joie des porteurs de panier de jour de marché que tous mes neurones olfactifs ont atteint  et réveillé mes sensations les plus enfouies, mes organes les plus inertes... Bref, un coup de foudre.

Composants principaux et essentiels de la menthe bergamote ( mentha citrata L) source livres de Werner et autres ouvrages.

  • linalol entre 40 à 60%
  • acétate de linalyle entre 30 à 50%
  • oxydes entre 3 à 5% surtout 1.8 cinéole et menthofurane lui donnant sa légère odeur de menthe. 

Cette menthe ne contient ni menthone, ni cétones moterpéniques, principes actifs retrouvés en grande quantité dans le profil biochimique des huiles essentielles de menthe poivrée et Nanah les rendant délicates à manipuler que ce soit  sur la peau , et surtout en interne restreignant aussi le panel d'utilisateurs enfants,  femmes enceintes, personnes âgées et utilisateurs inconscients et inconséquents. 

 

Selon Monica Werner, elle a le même profil que la lavande fine et peut la remplacer aisément  même appliquée pure sur la peau.

Elle est vulnéraire, dermoprotectrice, immunostimulante, fébrifuge, réquilibrante, calmante, réconfortante, anti dépressive, relaxante ... Un chapelet de bienfaits tant sur le physique que sur le psychisme... Alors, ne nous privons pas de cette huile essentielle en cosmétique, en relaxation, en prévention de nombre de maux tant sa générosité thérapeutique est grande et sans effets secondaires et son parfum si intrigant par sa pétillance fleurie.

Toutes les huiles essentielles de menthe bergamote ne présentent pas ce côté fleuri et peps.

J'aime celle de huiles et sens et celle de Herbeus qui se fournissait  auprès des Labos Combe D'ase.

Celle de AZ, est piquante et poivrée, elle pique le nez, est moins fleurie, je ne la conseille pas sauf pour la savonnerie où la note citrus est bienvenue.

Avant d'acheter cette HE, il vaut mieux la sentir, à défaut et encore mieux scruter la teneur en linalol et en acétate de linalyle qui font sa spécificité.

Mais notez bien que j'utilise aussi la menthe verte dite Nanah ( mentha  viridis, spicata), la menthe poivrée (mentha piperita) , mais essentiellement sous formes de tisanes, en aromates pour les petits plats, dans le  fameux thé au harem à la mode berbère parsemé de pignons de pin, je les machouille pour une haleine fraiche, où et  dans un verre d'eau additionnées de citron en trempette pour contrer les nausées,où et juste triturées fraiches en guise de cataplasme minimal contre les éventuelles piqûres de moustiques, contre les maux de tête et aussi pour la retrouver cette tête et la garder lucide.

 

IMG_20160110_114845

IMG_20160110_120428

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les menthes sont souvent connotées estivales, fraiches , voire glaciales, mais si comme moi vous vous attablez à la terrasse d'un petit café du marché d'Aligre été comme hiver, car c'est l'un des rares endroits où fleurent la convivialité, la chaleur et la générosité d'un thé à la menthe bien préparé, juste brûlant, juste sucré à point, vous vous rendrez compte à quel point les menthes s'adaptent aux besoins du corps.

Elles savent être réchauffantes en hiver et fraiches en été. Pour ma part été comme hiver j'aime les infusions chaudes, tièdes mais jamais glacées, trop de violence pour vraiment apprécier la l'art de la diffusion toute en douceur que prodigue les menthes.

Il m'arrive bien souvent de les apprêter 

  • macérât huileux, très gratifiant et efficace en massage du ventre dérangé, en massage de la nuque et du plexus pour se concentrer et bizarrement aussi se délasser et détresser.

En synergie avec d'autres plantes

  •  le laurier à visée anti-inflammatoire en ce cas sous forme de macérat huileux
  • sauge et lavande et menthe poivrée, pour les dames sages.
  • aux 3 menthes (poivrée, bergamote, douce)
  • avec la camomille en tisane pour lutter contre les indigestions et les maux de tête qui y sont souvent associés.
  • Les menthes adoucissent aussi les potions plus rudes au goût et pour certains palais et nez délicats, la pilule est plus facile à passer.
  • En glycériné total pour les enfants, en mouillant d'un peu d'hydrolat de menthe nanah, verte où bergamote et le reste de glycérine végétale.
  • Menthes et romarin s'avèrent être de puissants antioxydants et stimulants facilement intégrables à nos routines de santé sous forme de tisanes coup de fouet du matin,  pour faciliter la digestion tout en flattant le bilieux foie et les intestins irritables.

On adapte et module la dose de plantes selon les besoins et profils des personnes à qui sont destinées ces tisanes et infusions, car même sous ces formes douces, il convient de respecter la physiologie de tout un chacun, les moments de la prise de ces potions. Selon le dosage  et le moment de la journée, les menthes peuvent être fortement excitantes et où calmantes.

Bref vous l'aurez compris en toute première intention et même en intention avérée, et en interne, je ne me rue pas sur leurs huiles essentielles  mais privilégie les plantes, faciles, polyvalentes  et il me semble appréciées de tous.

J'utilise par contre volontiers l'huile essentielle de menthe poivrée en savonnerie, car elle a une vraie force de frappe face à la soude et son parfum semble vraiment éveiller un flot de bons souvenirs aux utilisateurs de mes savons. On peut renforcer cette énergie verte en couplant macérat huileux des diverses menthes et huiles essentielles de ces diverses menthes. 

J'espère que ce petit billet vous ouvrira aux menthes, aromates, condiments, alicaments, bonbons d'enfance, mais surtout à cette huile essentielle de menthe bergamote polybonheur.

Sur Potions je me suis souvent amusée avec les menthes, ma signature végétale es lamiacées... Comme ici

 

 

64381125_p

 

 

 

Posté par MarielyneK à 15:16 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


29 novembre 2015

Cyprès et pourtant

 

Il est là, dans le paysage, élancé, sentinelle  droite et rigide.

 

 

IMG_20150719_153503

 

 

Le vent , la pluie, le soleil brûlant rien ne semble l'atteindre.

Et pourtant je ne l'ai vu que cet année

Et pourtant il ne m'a été donné de le connaitre qu'en cette fin d'été caniculaire.

Tout autour de lui se mourraient mes si chères lavandes, la dite immortelle, les thyms et romarins de ce prolifique jardin ardéchois.

Et je l'ai vu, le Cyprès toujours vert, tout proche , côté terrasse ombragé, là où nous fuyions les fortes chaleurs.

 

 

IMG_20150719_152953

 

 

                                                                           

Ce cyprès toujours vert qui puise sa sève vitale au plus profond de la terre, se trouve en mon paradis terrestre, là dans le jardin ardéchois que nuls produits phytosanitaires ne vient polluer, à portée de mes mains avides mais encore intimidées par force de respect.

Formatée pour ne le rencontrer que dans les cimetières, sagement aligné veillant sur le repos des disparus, je l'ai ignoré,il n'est pas exubérant, pas touffu, pas rebelle, pas foisonnant, il n'est rien de ce que j'aime à voir dans la nature... Et pourtant... Il offre au corps et à l'âme toutes ces parties ( feuilles, écorces, branches, galbules et huile essentielle)

 

IMG_20150819_134340

 

Quelques usages en phytothérapie tirés de l'encyclopédie des plantes médicinales: T. Cecchini)

-Les galbules ou noix de cyprès sous forme de teintures, décoctions , infusions, s'emploient en cas d'hémorroides, de varices, de diarrhée, d'énurésie nocturne chez les enfants , voire de troubles de la prostate et de la ménopause.

-Les feuilles et jeunes rameaux en décoction s'utilisent en cas de toux et fièvre et ce sont ces mêmes feuilles et jeunes rameaux qui fournissent une huile essentielle par distillation à la vapeur d'eau.

Pour celles et ceux qui peuvent glaner ces parties du cyprès toujours vert dans un environnement sain, non pollué et qui de plus ne sont pas allergiques au pollen du cyprès toujours vert, qui apprécient le faire soi même, qui prennent le temps de la confection... Pour la prévention.

Emploi conseillé ( même source+ autres manuels) pour les troubles ci dessus cités.

- Décoction de 20 à 30 grammes de noix de cyprès hachés dans un litre d'eau, en boire une tasse avant les principaux repas, mais aussi en fumigations et lavements, lavages et bains divers et en externe sous forme de cataplasmes.

-Teinture: faire macérer 10 grammes de galbules (hacher menu) dans 100ml d'alcool à 60°, filtrer en fin de journée et utiliser quelques 10 à 20 gouttes diluées dans un grand verre d'eau.

- Décoction en faisant bouillir quelques minutes 2 grammes de feuilles et jeunes rameaux dans 100 ml d'eau à utiliser en cas de fièvre et toux à raison de 2 à 3 cc par jour.

Pas de panique, diverses spécialités existent sous formes de teintures, EPS, poudres de plantes ,huile essentielle et hydrolat dans les magasins dédiés et pharmacies.

Biochimie du cyprès toujours vert

Ce n'est absolument pas ma tasse de thé, je suis plutôt dans le moove de la "théorie des signatures" et du "ce que savaient nos grands-mères", mais, en abordant ce sujet sous l'angle de la plante, en essayant de comprendre quelles stratégies elle met en place pour se défendre contre les agressions environnementales, pour se perpétuer, se destresser, sauver sa peau, tout devient presque aussi fluide que la sève qui coule de ses veines pour nos veines. 

Le cyprès toujours vert est composé de polyphénols ( tannins et flavonoides) et plus particulièrement de proanthocyanidols ou OPC des super antioxydants protecteurs de l'organisme.

les flavonoides sont réputés dans la protection vasculaire, et les tannins sont astringents, protecteurs et asséchants cutanés, vasoconstricteurs et protecteurs vasculaires.

L'ensemble de ces composants fait du cyprès toujours vert un allié du tissu conjonctif (élastine et collagène) mais aussi par les proanthocyanidols un antiviral polyvalent ( toux, fièvre).

La lecture moderne valide les savoirs faire des anciens autour du cyprès.

Et moi, qu'ai je fait durant ces vacances pour mes jambes lourdes, mes doigts enflés, ma tête bourdonnante, mes congestions pelviennes, ma circulation ralentie et entravée !!!!!

- marché pieds nus dans la rosée du matin

- respiré à pleins poumons en admirant l'horizon

- dégusté tous les fruits et légumes de saison

- bu de l'eau et de l'eau de la source du coin

- marché encore de bon train à la découverte de la région

- nagé dans les rivières grandes pourvoyeuses d'ions négativants

- joui des torrents et chutes d'eaux pour une "rivièthérapie" qui fouette le sang et fait circuler la sève vitale.

Et enfin ramené un plein paquet de cônes de cyprès pour....

Selon Michel Bontemps un célèbre phytothérapeuthe en son temps, en sus de tous ces usages du cyprès toujours vert pour la circulation veineuse.

Mettre une savonnette dans son lit et ça marche (mais ne lui demandez pas pourquoi;).

Il est possible que je tente l'expérience

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par MarielyneK à 09:49 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

04 novembre 2015

Le Calendula ou souci des jardins

 

Peut être avez vous "flashé" sur la photo de l'accueil de mon blog, montrant de vigoureux et éclatants calendulas ou soucis des jardins... Moi oui, et totalement car cette plante si "simple" est chère à mon coeur et à ma peau.

La photo fut prise lors d'une promenade en compagnie d'une donzelle de quelques vives 10 belles années dans un parc parisien loin, très loin de mes virées habituelles.

Et en cet endroit désespérement morose et agité, un petit écrin de verdure s'offre aux citadins.

 

 

IMG_20150929_163742IMG_20150929_163856

 

 

Des parterres de fleurs s'épanouissent en toute liberté,poussant au nez et à la barbe des tours de béton. Rien de sophistiqué mais du comme j'aime... Du touffu, du foisonnant, du vivant qui vous empoigne et étonne toujours. 

Bien évidemment pour vous présenter mes simples façons d'accommoder et de potionner le Calendula, ce n'est pas en ce lieu pollué que je cueille mes calendulas, mais en herboristerie pour les fleurs séchées et dans les jardins de mes amis et aussi le vaste et généreux réseau des copines du virtuel, pour les fleurs fraiches.

Ma toute première composition  s’est articulée autour du souci des jardins ou calendula officinal, petite plante de la famille des astéracées à fleurs jaunes ou orangées. Considérées comme un excellent vulnéraire apte à cicatriser les plaies en favorisant la régénération et la croissance cellulaire, ces fleurs sont également anti-inflammatoires et antiseptiques. On retrouve le calendula dans les préparations d’orientation homéopathique pour les soins des peaux abimées. Il est également présent dans nombre de crèmes cosmétiques pour ses vertus apaisantes et cicatrisantes. Il s’agit également de l’un des ingrédients phares d’une marque allemande de cosmétiques biologiques et anthroposophique pour le soin des peaux sensibles. Cette petite plante est gorgée de substances bénéfiques : Les caroténoïdes (provitamine A), les flavonoïdes qui lui donnent sa couleur jaune et orangée, les saponosides, quelques traces de manganèse, les lactones terpéniques, et une huile essentielle. La synergie de tous ses composés fait du calendula une plante précieuse pour la peau. Ainsi, le calendula peut être traité chez soi en toute sécurité et facilement sous forme de teintures, macérâts huileux, baumes et crèmes. 

 

    Teinture de fleurs de calendula

 teinture de calendula préparée à partir de ses capitules floraux séchés sur du rhum à 55°.

 

Mode opératoire

 

     Respecter les règles d’hygiène en se lavant les mains au savon et en stérilisant tous les instruments et les contenants à l’eau bouillante et à l’alcool.

     Remplir la moitié du bocal de fleurs de calendula légèrement froissées puis de rhum avant de laisser reposer le mélange durant deux semaines au minimum. Veiller à laisser un espace entre le mélange et le haut du bocal afin de le secouer régulièrement . Rituel enchanteur qui permet aux composés de la plante de s’épanouir et de se diffuser.

     Après ces deux semaines, opérer la filtration : Premièrement, de manière grossière,  à l’aide d’une passoire en pressant les fleurs. Puis, à l’aide de filtres à café ou à thé non blanchis jusqu’à l’obtention d’un liquide exempt de tous résidus et éclatant de ce fameux jaune qu’il est nécessaire de protéger en le transférant rapidement dans un flacon opaque.

Faites sur alcool, les teintures de plantes ne nécessitent pas de conservateur. Cependant, il est possible de démarrer l’extraction sur alcool et de rajouter quelques temps plus tard de la glycérine comme stabilisant.

Naturellement, ce procédé peut s’appliquer avec un égal bonheur à toutes plantes dont la lavande, le géranium citron, la vanille, le romarin ou les fleurs de sureau. Les résines, les bois ou les racines sont un peu plus coriaces et nécessitent un degré alcoolique plus élevé de l’ordre de 90°, voire 96°.

Les teintures maison ne s’apparentent pas aux teintures mères homéopathiques qui sont précisément standardisées. Cependant, même concoctées dans nos cuisines, leurs qualités et efficacités sont prouvées. Si la couleur et le parfum de la plante sont au rendez vous, la teinture est réussie et certains des principes actifs hydrosolubles s’y trouvent ; c’est d’ailleurs ainsi que procédaient nos anciens qui ignoraient la biochimie des plantes mais étaient, en revanche, bien conscients de leurs effets bénéfiques.

 

 

IMG_20150609_131319IMG_20150609_130607IMG_20150609_133302

 

  

     Huile infusée aux fleurs de calendula 

 macération de fleurs de calendula sur huile d’olive biologique.

 

Mode opératoire

 

      Sécher la plante fraîche durant quelques heures ou quelques jours.

      Dans un bocal, ciseler délicatement les fleurs et feuilles et les recouvrir d’huile d’olive où autre huile végétale stable à l'oxydation comme le jojoba, le son de riz, le moringa ( un luxe par sa rareté)

       Durant deux heures, faire chauffer le macérât au bain-marie et à feu très doux en le brassant régulièrement à l’aide d’une baguette en bois ou en inox.

      Une fois le macérât refroidi, le filtrer drastiquement et recueillir le jus dans un flacon opaque en ajoutant quelques capsules de vitamines E ou un extrait de romarin afin de faire obstacle à une éventuelle oxydation.

Dans l’hypothèse où la plante serait, non pas cueillie, mais achetée dans le commerce et déjà séchée, le procédé est le même sauf qu’il est auparavant nécessaire de la vaporiser légèrement d’alcool, afin de l’ouvrir à la réception de l’huile et de la chauffer brièvement au bain-marie, pour que l’alcool s’évapore.

Personnellement, je pratique également des macérations solaires lors de mes séjours estivaux dans des contrées chaleureuses et riches en plantes aromatiques et en flore sauvage. Selon cette méthode, l’énergie solaire est utilisée pour extraire les composants des végétaux et les transmettre à l’huile. Ce faisant, j’utilise également l’énergie de la terre car mes bocaux d’huiles infusées sont placées en terre et couvercle au soleil entourés de la verdure avoisinante.

J'ai aussi utilisé avec succès l'hydrolat de l' hydrolat de calendula, je dois l'avouer complètement par hasard par manque de mon habituel hydrolat en gargarismes lors d'inflammations buccales et léger début d'infection.

Mais je ne suis guère étonnée car le calendula possède de réelles propriétés anti-nflammatoires et antimicrobiennes.

En cuisine  les jeunes pétales peuvent agrémenter une salade, ou colorer une purée car elles sont comestibles mais sans abus, car c'est la" dose qui fait le poison".

Le calendula dans toute sa simplicité, est alimentaire, médicinale, tinctoriale et cosmétique, véritable panacée offerte par Mère Nature.

A bientôt pour la suite autour du Calendula

 

 

 

 

 

Posté par MarielyneK à 19:47 - - Commentaires [23] - Permalien [#]